Le Complexe de recherche avancée de l’Université d’Ottawa


En septembre 2014, l’Université d’Ottawa a officiellement inauguré le Complexe de recherche avancée, qui héberge le Centre de recherche en photonique. D’une superficie de 14 000 pieds carrés, cet immeuble à aires ouvertes est à la fine pointe de la technologie. Il a été conçu pour réunir étudiants et chercheurs de partout au Canada et à l’étranger afin de favoriser les échanges et l’innovation scientifiques dans les domaines des géosciences et de la photonique.

Le Complexe de recherche avancée abrite le seul spectromètre de masse par accélérateur du Canada, ainsi que dix laboratoires qui résistent aux vibrations, conçus expressément pour permettre la réalisation d’expériences avec des lasers ultrasensibles. La Fondation canadienne pour l’innovation, le Fonds pour la recherche en Ontario et l’Université d’Ottawa ont financé la construction de l’immeuble, à hauteur de 70 millions de dollars.

Administré par le Secrétariat des programmes interorganismes à l’intention des établissements, le Fonds de soutien à la recherche contribue au maintien de cette nouvelle infrastructure en assumant les dépenses de fonctionnement, dont les coûts associés à l’électricité et à la sécurité. L’Université d’Ottawa, qui est l’une des dix grandes universités de recherche au Canada, sait que la qualité du milieu physique est un facteur essentiel quand il s’agit de recruter et de retenir des chercheurs et des étudiants, et qu’elle contribue grandement à l’expérience étudiante.

Il ne fait aucun doute que cette infrastructure et les recherches qui y seront menées permettront non seulement d’accroître les collaborations internationales, mais aussi de révolutionner le monde dans lequel nous vivons et d’améliorer la qualité de vie des Canadiens. Dans le domaine de la photonique, nous assisterons à des avancées en ce qui a trait, notamment, aux diagnostics médicaux, qui permettront un dépistage plus précoce des maladies, à la médecine personnalisée, au génie tissulaire, aux énergies renouvelables et aux nouveaux matériaux. Quant à la recherche en géosciences, elle nous aidera à mieux déceler les contaminants présents dans l’organisme et dans l’environnement, et elle aidera le gouvernement du Canada à améliorer les politiques en matière d’environnement.



 

Le Fonds de soutien à la recherche couvre une partie des coûts liés à la gestion des travaux de recherche financés par les trois organismes subventionnaires fédéraux, à savoir le Conseil de recherches en sciences humaines, les Instituts de recherche en santé du Canada et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie. Il aide notamment à payer le salaire du personnel chargé du soutien administratif de la recherche, les cours de formation liés à la santé et à la sécurité au travail, l’entretien des bibliothèques et des laboratoires et les coûts d’administrations associés à l’obtention d’un brevet d’invention.